Alpha Condé fête ses 81 ans ce lundi 4 mars

kipeNé le 4 mars 1938, le président Alpha Condé célèbre ses 81 ans ce lundi. Opposant historique, il a mené 40 ans de lutte politique pour accéder au pouvoir en 2010.  Natif de Boké, l’actuel chef de l’Etat, a débarqué en France à l’âge de 15 ans, où il a fait ses études secondaires et universitaires. Lire la suite

Publicités

Guinée : de nouvelles coupures de billets de 2 000 et 10 000 GNF

Le gouverneur de la Banque Centrale de la République de Guinée (BCRG), Dr Lounceny Nabé a annoncé, vendredi à Conakry, la mise en circulation de nouvelles coupures de billets de 2 000 et 10 000 GNF à partir de ce 1er Mars 2019.

« J’ai l’agréable plaisir de porter à la connaissance du public que ce 1er  mars 2019, la Banque centrale met en circulation de nouveaux billets de 10.000 francs guinéens redimensionnés, de même qu’elle introduit pour la 1ère fois une coupure de 2.000 GNF », a-t-il indiqué à l’occasion du 49èmeanniversaire de la création de la monnaie guinéenne célébré ce vendredi.

APA

Présidentielle au Sénégal : ouverture des bureaux de vote

bambeto

Les bureaux de vote au Sénégal ont ouvert dimanche à 8h (heure locale et GMT) pour l’élection présidentielle, a-t-on constaté sur place.

Plus de 6,6 millions d’électeurs inscrits sont appelés à voter dans 6.919 circonscriptions réunissant 15.397 bureaux de vote. Pour les Sénégalais vivant à l’étranger, 746 bureaux de vote ont été ouverts.

Les électeurs doivent désigner leur futur chef de l’Etat parmi les cinq candidats, dont le président sortant Macky Sall, qui brigue un second mandat, et ses quatre rivaux : l’ancien Premier ministre Idrissa Seck, candidat pour la troisième fois, Madické Niang, avocat et ancien ministre des Affaires étrangères, le professeur Issa Sall et Ousmane Sonko, un ancien inspecteur des impôts.

Plus de 10.000 policiers ont été déployés pour assurer la sécurité du scrutin, le 11e organisé dans ce pays qui a connu deux alternances au sommet de l’Etat, en 2000 et en 2012.

Quelque 5.000 observateurs délégués par la société civile locale et diverses organisations, dont la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), l’Union africaine (UA), l’Union européenne (UE) et l’Organisation internationale de la francophonie (OIF), ont été accrédités pour superviser ce scrutin.

Selon la révision constitutionnelle de 2016, le mandat présidentiel est de cinq ans, contre sept auparavant.

Tous les bureaux de vote fermeront à 18h (heure locale et GMT).

Lire la suite

Pour le parti d’Ousmane Kaba, le RPG, l’UFDG et l’UFR se sont entendus pour trahir le peuple

 

bambetoLe Parti des démocrates pour l’espoir (PADES) ne comprend pas l’attitude de l’UFDG et de l’UFR. Il accuse ces deux formations politiques dirigées respectivement par Cellou Dalein Diallo et Sidya Touré de s’être mis d’accord avec le RPG Arc-en-ciel pour trahir le peuple de Guinée. Lire la suite

Lancement à Conakry d’un nouveau bloc de l’opposition

Des opposants guinéens ont lancé, vendredi à Conakry, la Convergence de l’opposition démocratique (COD) pour « promouvoir la paix, la solidarité, l’unité nationale, la démocratie, la justice sociale, la prospérité économique et l’émancipation culturelle ».

Le nouveau bloc politique de l’opposition regroupe Sidya Touré de l’Union des forces républicaines (l’UFR), Lansana Kouyaté du Parti de l’espoir pour le développement national (PEDN), Dr Ousmane Kaba du Parti des démocrates pour l’espoir (PADES), Bah Oury de l’Union des forces démocratique de Guinée/Renouveau (UFDG-Renouveau), Mohamed Lamine Kaba de Force des intègres pour la démocratie et la liberté (FIDEL) et Me Alfred Mathos de l’Union pour le progrès de la Guinée (l’UPG).

Dans une déclaration faite à la presse par le président du PADES, Dr Ousmane Kaba les leaders de la Convergence de l’opposition démocratique (COD) justifient sa création par « la bipolarisation » de la vie politique nationale par les deux grands blocs politiques du pays, à savoir la mouvance présidentielle et l’opposition républicaine dirigée par son chef de file, Cellou Dalein Diallo, un fait qui met « en péril l’unité nationale, l’esprit du multipartisme et la démocratie véritable ».

C’est pourquoi, a rapporté Dr Ousmane Kaba, les membres signataires de la charte de la COD s’engagent « à promouvoir la paix, la solidarité, l’unité nationale, la démocratie, la justice sociale, la prospérité économique et l’émancipation culturelle ».

APA